Actualités

Radio Cité

13 mai 2019

Concours : Parlez-nous de votre mère!

Félicitation à madame Julie Parent pour la lettre dédié à sa mère. Elle a parlé avec Fernand Ackey de cette lettre et de son prix.

Voici la lettre gagnante :

À l’Hôtel-Dieu de Lévis, le 28 décembre 2016, à l’âge de 93 ans, est décédée ma mère, Madame Laurette Nadeau-Parent et voici un petit clin d’œil-souvenir d’elle :

Jeune graduée de l’école normale, elle devient une enseignante courageuse,
audacieuse, qui réussi avec succès ses fonctions comme éducatrice dans une petite école de rangs à niveaux multiples.
Multipliez ses tâches professionnelles par des manque de ressources, par des tâches ménagères, par du travail de conciergerie, par le rôle de mère ou de religieuse ou comme bûcheronne pour chauffer son vieux poêle à bois, elle pratique sa profession quelques belles années laborieuses et enrichissantes. Ces anciens temps comme elle les appelait ont forgé son caractère et sa profonde passion pour l’enseignement et l’apprentissage.
La rencontre et la connection avec mon père a révélé sa passion pour les chevaux et le vélo. Fiançailles et mariage, voilà qu’elle quitte la petite école pour gérer une ferme, poules, vaux, vaches, chevaux, semences, jardins, potager, cabane à sucre, et à cela s’ajoute la boustifaille et toute une marmaille!
Femme de projets variés, métier à tisser, tricot, couture ou macramé, Laurette était tout aussi habile avec ses mains qui savaient se débrouiller, voir même, réparer une clôture de bois ou jardiner, planter des fleurs ou agrandir son potager d’année en année.
Connaissante, intelligente et subtile, ses yeux pétillants lors de discussions littéraires ou intellectuelles, elle ne cessait de nous épater par ses vastes connaissances. Anecdotes, histoires cocasses et parfois farfelues, elle aimait bien rigoler ou faire rire les autres grâce à son sens d’humour peu ordinaire.

Femme sociale : elle adorait jaser avec les voisins elle savait s’entourer d’amis, de collègues, de visiteurs et gardait une généreuse place dans la maison familiale qui était le lieu de rassemblement, le cercle des fermières, le magasin général du rang pour acheter les produits bons et pas cher, de la ferme familiale.

Voyageuse : elle a adoré voir de ses yeux des lieux historiques et légendaires du monde, des endroits de rêves et de beauté extraordinaire. Mais certains de ses voyages préférés étaient tout simplement dans les bois, près de la rivière ou dans des parcs de petits villages, dans des écoles ou des anciens bâtiments historiques du Québec.
Ma mère me rappelle les odeurs de la campagne, la fraîcheur matinale des matins d’automne où je pouvait cueillir des prunes, des pommes et des petits fruits, les manger sans même les laver…avant de partir pour l’école en autobus jaune. Sa recette de gelée de pomme, celle de confiture aux framboises ou ses fameux bœufs marguerite sont impossibles à recréer, mais je ne cesse d’essayer.